Collecte des plastiques agricoles

Tracteur effectuant un enrubannage plastiqueDepuis 2000, la Communauté de communes du Pays de Saint-Flour organise chaque année une campagne de recyclage des plastiques agricoles. Des points de collecte des bâches d’ensilage, des films d’enrubannage, des ficelles et filets non recyclables ainsi que des bidons de lessive sont aménagés dans chacune des 17 communes.
Compte tenu du nombre de points de collecte (un par commune), de la durée de la collecte (étendue sur un mois) et du mode d’organisation de la collecte (apport volontaire), un planning et des consignes de collecte détaillés sont établis.

Cette opération a trois buts principaux :

  • apporter une solution matérielle efficace adaptée au problème des plastiques très utilisés sur notre territoire rural ;
  • donner les moyens à la population agricole de plus en plus soucieuse de préserver la qualité de l’environnement de s’impliquer concrètement dans cette protection et dans l’amélioration de la qualité des paysages et du cadre de vie ;
  • s’insérer dans la dynamique de préservation et d’amélioration de l’environnement et du recyclage des matériaux inscrite dans la politique de développement durable de la Communauté de communes du Pays de Saint-Flour.

Cette pratique est de plus en plus suivie par les agriculteurs du territoire, comme en témoignent les chiffres de la Chambre d’Agriculture qui font état chaque année d’une progression quant au volume de plastiques collectés et revalorisés.
A ce titre, la collecte mise en place 2011 par la Communauté de communes du Pays de Saint-Flour a permis de collecter 50 tonnes de films d’enrubannage et de bâches d’ensilage auprès de 98 agriculteurs particpants. Ces derniers ont été acheminés vers une usine de recyclage afin d’y être revalorisés.
Ce sont autant de déchets qui ne sont ainsi plus transportés au Centre des Cramades pour y être enfouis où le coût de traitement des plastiques agricoles est important.

En 2010, 3,490 tonnes de ficelles et filets ainsi que 10,640 tonnes de plastiques agricoles ont été enfouies car non valorisables.