Accueil » En bref

Conseil communautaire du 27 septembre

Soumis le mercredi 28 septembre 2016Réagir à l'article
conseil 27 sept2016 2

Mardi soir, les élus communautaires ont voté à l’unanimité l’institution et la délégation au président, du droit de préemption urbain à la communauté de communes. Cette disposition complète la compétence urbanisme désormais intercommunale. La Communauté de communes se substitue désormais aux communes, dotées d’un document d’urbanisme, pour faire valoir ce droit à l’occasion de l’aliénation d’un bien, en vue de réaliser des actions ou des opérations rentrant dans son champ de compétences. « Une déclaration d’intention d’aliéner (DIA) est arrivée en mairie de Tanavelle pour la vente de terrains concernant la narse de Nouvialle, a indiqué Pierre JARLIER. Compte tenu de l’enjeu de ce site, de ces opportunités de développement et des projets que nous comptons mener, il appartient à la communauté d’être en mesure de faire valoir son droit de préemption. A la suite de cette délibération unanime, je m’apprête à préempter pour que la collectivité soit partie prenant du développement de ce site ».

Martine GUIBERT a profité de ce dernier conseil communautaire pour présenter à ses collègues élus les dispositifs de soutien aux collectivités mis en place par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, dont elle est vice-présidente. Elle a évoqué le plan « ruralité » et les contrats « ambition » qui mobilisent notamment 300 M€ sur trois ans pour les projets d’investissement des communautés de communes. Pour sa part, Pierre JARLIER, s’est félicité de ce soutien qui se conjugue à celui de l’Etat de 216 M€ pour les territoires les plus fragiles dans le cadre des contrats de ruralité qu’il avait soutenu lorsqu’il était parlementaire. Ces aides accompagneront le prochain projet de territoire intercommunal en cours d’élaboration à l’échelle de la future communauté de communes fusionnée.

Les élus ont voté la candidature de la communauté de communes à l’appel à projet « pôles de pleine nature ». Ce dispositif interrégional Massif central a pour objectif d’identifier et de soutenir le développement de l’offre touristique et de loisirs de territoires reconnus pour la qualité de leur ressource naturelle et de leurs paysages. L’office de tourisme des Pays de Saint-Flour est désigné chef de file de ce pôle couvrant l’est Cantal. Le projet de développement du site de Prat-de-Bouc, conduit en concertation entre les trois communautés de communes de Murat, Planèze et Pays de Saint-Flour-Margeride, est intégré à cette démarche.
« Forts de nos espaces naturels, nous devons organiser le développement touristique à une échelle pertinente, nous demandant de travailler au-delà des limites de nos intercommunalités », a précisé le président Pierre JARLIER.

Donnez votre avis !

Donnez votre avis ci-dessous, ou effectuez un lien (trackback) depuis votre propre site Internet. Vous pouvez également vous abonner gratuitement à ces avis par notre flux RSS.