Origine

Une dynamique intercommunale naît en 1994

logo de la communanuté de communes Pays de saint-flour margeride

A la fin des années 80, un nouveau chantier vient bouleverser le paysage de Saint-Flour et l’organisation de la vie locale : la construction de l’autoroute A75, entre Clermont-Ferrand et Montpellier. Cette autoroute doit à terme relier Paris à Barcelone, Saint-Flour se trouvant exactement à mi-chemin entre les deux villes. En terme de développement local, l’opération peut se révéler profitable pour le secteur au regard de l’augmentation du trafic de passage, qui représente un potentiel touristique important.

Saint-Flour est choisie par le Ministère de l’Équipement comme l’un des quatre sites pilotes expérimentant les “ Plans paysages ”, démarches partenariales ayant pour vocation la protection et la valorisation des paysages.

L’élaboration et la mise en œuvre de ce plan de paysage permet alors d’appréhender le territoire dans une logique intercommunale et partenariale. La création d’une communauté de communes s’impose aux élus locaux comme une condition essentielle pour concrétiser leur engagement dans le projet de développement de territoire, en leur apportant les moyens d’action nécessaires.

C’est dans ce contexte, que la communauté de communes du pays de Saint-Flour naît le 11 décembre 1994 et regroupe cinq communes : Alleuze, Coren, Roffiac, Saint-Flour et Saint-Georges.

Les premiers résultats de l’action solidaire en 2000

A75 près de saint-flourConscients des nouveaux enjeux économiques liés au positionnement du pays de Saint-Flour sur l’A75, Alleuze, Coren, Roffiac, Saint-Flour, Saint-Georges s’unissent, pour relever, ensemble, le défi de l’emploi et du développement économique.

Six années plus tard, les premiers résultats de l’action solidaire sont perceptibles : en janvier 2000, neuf nouvelles communes décident de rejoindre la communauté de communes autour de projets économiques fédérateurs et porteurs de développement.

Les ressources de la communauté de communes qui s’élevaient en 1999 à 100 000 euros, sont passées, en 2000, à 717 000 euros grâce à la mise en place de la Taxe Professionnelle Unique et à une Dotation de l’Etat, qui pendant la même période est passée de 15 000 euros à 320 000 euros.

> 1994 : création de la CCPSF avec 5 communes
> 2000 : extension du périmètre et passage en TPU
> 2006 : adhésion de Villedieu
> 2008 : adhésion de Lavastrie
> 2010 : adhésion de Cussac
 > 2013 : Entrée de la commune des Ternes, au 1er janvier 2013
 > 2014 : Fusion des communautés de communes du Pays de Saint-Flour et de Margeride-Truyère
Communes Alleuze, Anglards-de-Saint-Flour, Chaliers, Clavières, Coren, Cussac, Faverolles,  Lastic, Lavastrie, Les ternes, Lorcières, Loubaresse, Mentières, Montchamp, Paulhac, Roffiac, Ruynes-en-Margeride, Saint-Georges, Saint-Flour, Saint-Just, Saint-Marc,  Sériers, Soulages, Tanavelle, Tiviers, Vabres, Védrines-Saint-Loup, Vieillespesse, Villedieu,
Population 2014 : 15 982 habitants

29 communes unies autour de l’A75 en 2014

Arrêté préfectoral de fusion

Des ressources financières dynamiques et positives :

  • Les ressources propres de la communauté de communes s’élèvent à plus de 3 millions d’euros et n’ont connu aucune augmentation de la fiscalité depuis 2007.
  • Le produit de la Taxe Professionnelle a été multiplié par 8 en 10 ans (320 000 € en 2000 à 2 574 000 € en 2010)

En savoir plus : Etude financière prospective

En termes de projets :

  • 60 hectares aménagés sur 4 zones d’activités complémentaires
  • 60 entreprises installées ou en cours d’installation
  • 24 M€ investis avec 40% de subventions en moyenne
  • Aide à la création de 200 emplois pour un montant de 605 000 €.
  • Réalisation de 4 ateliers relais
  • Une croissance démographique de 2,86% sur l’ensemble du territoire entre 1999 et 2009 et dont acteurs et élus locaux peuvent se féliciter.

En savoir plus :

> Compétences

> Chiffres-clés

> Finances/Budget