Accueil » En bref

La narse de Lascols n’a pas encore livré tous ses secrets

Soumis le lundi 4 novembre 2013Réagir à l'article
étdude narse Lascols

Le 14 octobre dernier, Albert Pissart, de l’université de Liège et grand spécialiste des périodes glaciaires et Pascal Bertran, de l’université de Bordeaux, étaient à la narse de Lascols, près de Cussac, pour tenter de mieux comprendre la présence notamment , au sein de l’écosystème, de lacous, petits lacs cylindriques de quelques dizaines de mètres carrés. Deux tranchées de fouilles devaient permettre, ce jour-là, de comprendre leur création,  notamment s’ils sont d’origine glaciaire (cuvette formée après la fonte d’une lentille de glace dont les débris minéraux se sont déposés en bordure renforçant ainsi l’aspect de cratère), ou si ces dépressions sont le fait d’effondrement des couches sédimentaires les plus fines.  Aucune hypothèse n’a été arrêtée par les scientifiques, très intéressés par le site. Cependant, la découverte sous les couches de tourbe et d’argile d’un tapis de graviers qui pourrait résulter d’une érosion glacière relançait la curiosité des chercheurs qui affineront leurs données par la datation d’éléments fossiles et l’étude de certaines roches issues du gravier. Le secret n’est donc pas encore percé et d’autres pistes ne sont pas écartées.

Cette fouille a été demandée par les Cabinets Pierre Goubet, bureau d’expertise des écosystèmes, et Inselberg, mandatés par la Communauté de communes du Pays de Saint-Flour pour étudier les mécanismes hydrologiques de la narse. « Nous manquons d’informations sur la narse et notre objectif, à la demande de la collectivité, est de connaître la circulation des eaux, ruissellements, ruisseaux, sources, et l’influence sur l’évolution de la végétation qui atrophie la narse depuis quelques décennies, avec une incidence sur la présence des espèces d’oiseaux, la pratique pastorale ou encore le boisement naturel », explique Pierre Goubet.

Le but des élus est de valoriser la narse, espace naturel d’exception protégé depuis 1983 par un arrêté de biotope, avec valorisation du milieu, création d’un sentier de découverte et travail en lien avec les agriculteurs (mesures agroenvironnementales dans le cadre du dispositif Natura 2000 Planèze de Saint-Flour).

Donnez votre avis !

Donnez votre avis ci-dessous, ou effectuez un lien (trackback) depuis votre propre site Internet. Vous pouvez également vous abonner gratuitement à ces avis par notre flux RSS.