Accueil » Actualités de l'Agenda 21

Natura 2000, sites de la Planèze de Saint-Flour

Soumis le vendredi 26 décembre 2014Réagir à l'article
cussac narse_lascols patrimoine pont   BP 2010031

Le comité de pilotage des sites Natura 2000 de la Planèze de Saint-Flour s’est réuni le 18 décembre sous la présidence de Madjid Ouriachi, sous-préfet de Saint-Flour et Pierre Jarlier, président de la Communauté de communes du Pays de Saint-Flour Margeride. A l’issue des trois premières années d’animation, la CCPSFM a été réélue structure porteuse de ces sites par le comité de pilotage. Le COPIL a également renouvelé sa confiance à Pierre Jarlier au poste de président.
L’objectif est de préserver, d’animer et de valoriser ces espaces remarquables reconnus par l’Europe pour la diversité de leur flore et de leur faune notamment au sein des zones humides qu’ils abritent. Les zones Natura 2000 sont au nombre de deux : « zones humides site habitats » (2 000 ha) et « site oiseaux » (25 000 ha). 55 espèces rares et protégées sont présentes sur le territoire dont une dizaine de d’espèces «nicheuses». Parmi les espèces d’intérêt communautaire, c’est-à-dire à l’échelle européenne notons le triton crété ou encore l’écrevisse à pattes blanches et le flûteau nageant. Il s’agit de concilier la préservation des espaces naturels et l’activité humaine. Pour la mise en œuvre, neuf grands objectifs de développement durable ont été déclinés en 42 fiches actions. Parmi celles-ci, plusieurs visent à soutenir financièrement une gestion respectueuse des territoires. Il s’agit des Mesures Agro-Environnementales-Territorialisées (MAET) en faveur des agriculteurs.
Pour le compte de la Communauté de communes, la Ligue de Protection des oiseaux assure le suivi de la mission d’animation (accueil du grand public, formation pour les agriculteurs) et de travail scientifique (inventaire des espèces, évolution du milieu) et des différentes actions de valorisation de espace.
« Ces zones très fragiles sont un atout pour l’avenir qui nécessitent beaucoup d’attention, précise Pierre Jarlier. Cela demande de faire des choix sur des enjeux parfois contradictoires ».
Une des orientations poursuivies consiste à accompagner l’activité agricole dans le respect des milieux naturels fragiles. En trois ans, les Mesures Agro-Envionnementales Territorialisées (MAET) concernent 853 hectares et 52 exploitations engagées par exemple a conserver les prairies naturelles et ne pas utiliser d’engrais chimiques. Dans le cadre de la nouvelle Politique Agricole Commune les MAET deviennent les MAEC (C pour climatique) devant répondre aux enjeux de biodiversité, de l’eau, de séquestration du carbone et des zones humides. « Cela va dans le sens de notre programme de développement agricole. Une des actions concerne le maintien des prairies naturelles », avance Pierre Jarlier.
Planezedesaintflour.n2000.fr

Donnez votre avis !

Donnez votre avis ci-dessous, ou effectuez un lien (trackback) depuis votre propre site Internet. Vous pouvez également vous abonner gratuitement à ces avis par notre flux RSS.