Accueil » À la une

Un Contrat Local de Santé, pour une nouvelle politique de santé publique locale !

Soumis le mercredi 19 avril 2017Réagir à l'article
CLS

Pour améliorer l’accès à une offre de soins adaptée, réduire les inégalités sociales et territoriales de santé et gagner en attractivité, Pierre Jarlier, président de Saint-Flour communauté et Bernard Delcros, président de Hautes Terres communauté, sénateur du Cantal ont décidé d’unir leurs moyens pour bâtir en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), un Contrat Local de Santé.

Depuis plusieurs années, la santé fait partie des grandes priorités des deux collectivités qui ont respectivement mené des actions structurantes pour améliorer l’offre de soins sur leur territoire et lutter efficacement contre la menace de la désertification médicale.

A l’image du pôle territorial de santé de Saint-Flour, construite en 2010 à proximité immédiate de l’hôpital, ou plus récemment du lancement d’une étude à l’échelle de Saint-Flour communauté pour élaborer un projet médical de territoire

Hautes Terres communauté a quant à elle lancé la construction d’une maison de santé à Murat et d’une maison médicale à Neussargues qui devrait ouvrir ses portes avant l’été et mis en œuvre en parallèle un dispositif Sport Santé à l’échelle de son nouveau périmètre. Autant d’actions en faveur de l’accès aux soins, inscrites dans son projet de santé signé avec l’Agence Régionale de Santé en 2012.

L’élaboration d’un Contrat Local de Santé s’inscrit pleinement dans la continuité de ces actions. Cet outil de contractualisation entre l’Agence Régionale de Santé et les deux territoires partenaires, permettra de mettre en œuvre une politique de santé publique locale concertée et coordonnée en lien étroit avec les professionnels de santé et les acteurs sociaux avec à la clé, de nouvelles actions structurantes au service des habitants et de l’attractivité du territoire.

Dimensionné à l’échelle du Bassin de Santé Intermédiaire (BSI) de Saint-Flour, le Contrat Local de Santé couvrira l’intégralité des deux communautés de communes. Ce sont donc près de 37 000 habitants qui bénéficieront de ce Contrat Local de Santé et de son programme d’actions progressivement mis en œuvre au deuxième semestre 2017.

Trois axes stratégiques pour répondre à trois enjeux prioritaires

Au regard des diagnostics initiés par l’ARS, des besoins relevés dans le projet médical de territoire de Saint-Flour communauté et du projet de santé de Hautes Terres communauté, trois axes stratégiques ont d’ores et déjà été définis dans le cadre de ce Contrat Local de Santé.

  • La prévention et la promotion de la santé pour réduire le taux de mortalité prématurée dans le BSI, plus de 10% supérieur à la moyenne nationale. Ce taux de mortalité est 15% supérieur à la moyenne nationale pour les maladies cardiovasculaires et 9% supérieur à la moyenne nationale pour les cancers.

 

  • Le renforcement de l’offre de soins sur le BSI pour lutter contre la désertification médicale : les communes de Chaudes Aigues et Allanche sont déjà classées en zones fragiles par l’ARS, une forte proportion de médecins généralistes de Hautes Terres communauté est proche de la retraite, plusieurs spécialités sont en tension (cardiologie, ophtalmologie, radiologie) dans le BSI de Saint-Flour.

 

  • L’amélioration du parcours de soins des personnes âgées pour accompagner dans les meilleures conditions le vieillissement de la population du BSIde Saint-Flour : 13% des habitants ont plus de 75 ans contre 11% en région Auvergne. L’Insee prévoit une progression de l’ordre de 32% du nombre de personnes de 85 ans ou plus en situation de dépendance en Auvergne sur la période 2012-2022.

 

Une feuille de route déjà tracée en trois principales étapes

Pour accélérer la mise en œuvre du Contrat Local de Santé, décision a été prise de créer un poste de coordinatrice territoriale de santé. Recrutée début avril par les deux communautés de communes avec le soutien financier de l’ARS, Emma Graval a 12 mois pour compléter les diagnostics existants, identifier de nouveaux besoins, élaborer le Contrat Local de Santé en mobilisant les acteurs santé du territoire dans une approche transversale puis assurer la mise en place du programme d’actions.

Deuxième étape, la signature du Contrat Local de Santé prévue cet automne, qui permettra aux deux collectivités de bénéficier de nouveaux financements de l’ARS pour réaliser leurs actions.

Troisième étape, la mise en œuvre des premières actions qui pourra se faire de manière progressive dès la signature du Contrat Local de Santé.

Donnez votre avis !

Donnez votre avis ci-dessous, ou effectuez un lien (trackback) depuis votre propre site Internet. Vous pouvez également vous abonner gratuitement à ces avis par notre flux RSS.